Comment éviter les charlatans dans la jungle des thérapies

 

Figaro.fr publié le 09/06/2017

 

Les thérapeutes douteux n’ont à la bouche que la critique de la médecine conventionnelle et promettent un traitement miraculeux. Quelques conseils pour les repérer.

 

Proposées par de vrais médecins, des professionnels du secteur paramédical ou par des praticiens sans diplôme reconnu et homologué, les médecines douces attirent aujourd’hui 4 Français sur 10, dont 60 % parmi les malades atteints d’un cancer. Il faut bien reconnaître que l’offre est impressionnante. Mais est-elle sûre ?

 

 

Vrais ou faux praticiens?

 

D’après la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes), on recense dans notre pays pas moins de 300 pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique. Parmi les 4 000 psychothérapeutes sans reconnaissance officielle, certains proposent des traitements qui mettent les malades en danger, en cas de cancer ou autres pathologies graves. Sans compter qu’ils n’ont alors aucun scrupule à jouer sur la fragilité de ces personnes pour s’enrichir.

Alors, comment les repérer ?

 

Sur son site internet, la Miviludes met à disposition une série de critères pour démasquer charlatans et pseudo-thérapeutes. Par exemple, un langage pseudo-scientifique qui donne des explications simplistes à des maladies pourtant complexes. Ou encore, des séances d’essai gratuites, puis un règlement à l’avance, l’achat de matériel non remboursé… Enfin, surtout, deux signes doivent alerter. D’abord, le soi-disant thérapeute remet en cause et dénigre les traitements de la médecine conventionnelle, qu’il s’agisse de vaccins ou de médicaments. Ensuite, il vous promet en échange une guérison miraculeuse, en vous expliquant qu’au-delà de la maladie les soins vous apporteront d’innombrables bienfaits évidemment impossibles à mesurer.

 

Des conséquences parfois funestes

 

Ryke Geerd Hamer en est la parfaite illustration. Et ses victimes, nombreuses, lui ont valu plusieurs condamnations. Nicole S. fut l’une d’elles. En 2003, elle entreprend une chimiothérapie après le diagnostic d’un cancer du sein. On lui propose de l’opérer, par sécurité. Mais elle a peur et, se laissant convaincre par une disciple de Hamer, elle décide d’interrompre tout soin. La méthode préconisée par cet ancien médecin allemand est radicale. Pour lui, on se fabrique son cancer, à la suite d’un choc psychologique ou d’un conflit intérieur. Et l’on ne peut s’en débarrasser qu’en s’appuyant sur des «capacités libérées d’autoguérison, à condition que n’interfèrent pas dans le processus les traitements conventionnels». C’est précisément ce qu’a fait Nicole S. Moyennant quoi, deux ans plus tard, le cancer avait atteint ses os. «Ce sont les trous qui se referment», disait-elle, convaincue par les arguments de Hamer. Elle est morte à la fin de l’année 2005.

 

Quant à lui, il continue de sévir, en dépit de plusieurs condamnations. Réfugié en Norvège, il a fait et continue de faire des disciples via internet. Parmi eux, la Miviludes a épinglé Claude Sabbah et sa méthode de «biologie totale des êtres vivants», Christian Flèche et sa psycho-biothérapie par le décodage biologique et, de manière plus générale, des centaines de pseudo-thérapeutes «spécialisés» dans le décodage biologique. Mais bien d’autres de ces pratiques thérapeutiques à risque sectaire sont pointées dans le rapport 2010 de la Miviludes: on y retrouve, entre autres, le «rebirth» et les faux souvenirs induits, les dérives de la kinésiologie, du massage Tui Na, l’instinctothérapie, le respirianisme, l’énergiologie et l’ingestion de toutes sortes de substances (jus de légumes, citron, bicarbonate de soude, urine…).

 

Il convient donc de se méfier des solutions «miracle», de ne pas s’isoler dans une relation exclusive avec un seul «thérapeute» et, surtout, d’en parler autour de soi.

 

Retour à l'accueil

Retour à Quoi de neuf, Docteur ?