Tout sourire : allions nos compétences

un dossier spécial coordonné par Armand Paranque

AO News #36 - Septembre 2020





 

Introduction

Nous sommes aujourd’hui dans une ère digitale, plus précisément de technologies digitales. Ceci est valable pour notre vie quotidienne (smartphone et applications liées à nos activité quotidiennes, lunettes de réalités virtuelles, etc..) ainsi que dans notre environnement professionnel odontologique.

En effet, nous avons l’opportunité aujourd’hui d’utiliser ces outils de façon quotidienne afin d’améliorer entre autre la communication envers nos patients ainsi que l’efficience thérapeutique. Ce dernier est constitué par deux composantes que sont le temps et la qualité de traitement. Il est néanmoins, indispensable que ces outils rentre dans une démarche rationnelle pratique et clinique pour un usage bénéfique au sein d’une structure libérale. Article et bibliographie complète



Le traitement de l’édentement maxillaire antérieur post-traumatique constitue un défi pour le chirurgien, le praticien prothésiste et le prothésiste. Il est impératif de disposer d’un volume osseux et muqueux adéquat afin d’atteindre des objectifs esthétiques optimaux. Dans de nombreux cas, les traumatismes dentaires s’accompagnent d’une perte tissulaire importante (1). La plupart des patients sont jeunes et ont des exigences esthétiques élevées. Le jeune âge du patient empêche dans de nombreux cas un traitement immédiat. En conséquence, la résorption et l’atrophie du maxillaire antérieur s’accentuent, ce qui entraîne des difficultés supplémentaires dans le traitement implantaire. Dans ces situations cliniques, le défi esthétique est lié à la difficulté de pouvoir régénérer les pertes osseuses et muqueuses qui peuvent être sévères et par conséquent augmenter les risques de complications dans ce contexte ostéo muqueux initialement défavorable. À travers ce cas clinique, nous décrivons les différentes étapes de prise en charge d’une jeune patiente ayant subi un traumatisme dentaire au niveau de ses incisives maxillaires antérieures à l’âge de 8 ans. Article et bibliographie complète



Les usures dentaires sont des pertes de substances non carieuses dont les étiologies peuvent être multiples, voire combinées. Érosion et abrasion sont des phénomènes progressifs qui s’accompagnent

généralement d’une égression compensatoire des dents atteintes ou de leur antagoniste laissant souvent peu de place pour leurs restaurations. D’autre part le sourire gingival peut avoir un impact

sur le rendu esthétique du sourire de nos patients et ainsi créer un véritable complexe. Les étiologies sont tout aussi multiples et peuvent être d’origine dento parodontale, alvéolaire, ou musculaire, mais il se peut bien également que la cause soit une association de différents facteurs. Le cas clinique présenté ici illustre une réhabilitation esthétique pluridisciplinaire du sourire d’une patiente qui présente des usures dans un contexte de sourire gingival. Article et bibliographie complète



Le traitement de l’édentation complète au maxillaire supérieur à l’aide d’implants constitue une solution fiable (1) et largement documentée dans la littérature. De même, la possibilité, dans certains cas, de réaliser une procédure d’extraction- implantation-mise en charge immédiate est elle aussi largement diffusée.Cette technique permet au patient de passer, en un temps chirurgico-prothétique,

d’un état d’édenté partiel ou subtotal à un état denté avec une prothèse fixe immédiate transvissée provisoire satisfaisant aux critères esthétiques et fonctionnels. Toutefois, il existe des situations cliniques où le manque d’os résiduel constitue un obstacle majeur à la réalisation d’une telle procédure. Le clinicien se trouve alors confronté à un choix thérapeutique :

-- soit un recours à des greffes d’apposition et/ou de techniques de régénération est envisagé ; mais alors la mise en place immédiate d’implants et à fortiori d’une mise en fonction/esthétique immédiate est contre-indiquée ;

-- soit un recours à un ou plusieurs implants transzygomatique (2-3) permet d’obtenir, en un temps chirurgical, un ancrage fiable et solide permettant une mise en charge immédiate. Article et bibliographie complète



 

Introduction

L’éruption passive altérée (EPA) est une anomalie de développement caractérisée par des couronnes cliniques courtes, d’aspect carré et accompagnées d’un sourire gingival. Il peut être indiqué de corriger cette situation pour des raisons esthétiques ou fonctionnelles. Le traitement consiste à réaliser une élongation coronaire. Mais, le contexte est différent de celui d’une élongation pré-prothétique. Il y a donc des contraintes et des particularités qu’il faut connaître. Ces éléments seront détaillés point par point avec une approche très clinique. La discussion est limitée aux cas de sourires gingivaux liés à une éruption passive altérée (EPA). Article et bibliographie complète