Inauguration du nouveau bâtiment de production VOCO

Juin 2017

VOCO, l'entreprise dentaire de Cuxhaven, livre ses produits dans plus de 100 pays. La croissance constante de l'entreprise exigeait toutefois aussi des ressources de production importantes, et, avec la construction de son nouveau bâtiment de production, VOCO dispose désormais de l'espace nécessaire.

 

En effet, les capacités de production commençaient à faire défaut. Elles avaient, il est vrai, été agrandies à plusieurs reprises, mais la croissance constante de VOCO et ses carnets de commande bien pleins avait mené ces dernières années le secteur de la fabrication à la limite de ses capacités. La direction de VOCO a répondu à cette situation avec la construction d'un bâtiment supplémentaire de production à deux étages.

 

Les membres de la direction de VOCO, Ines Plaumann-Sauerbier, Manfred Thomas Plaumann et Olaf Sauerbier, se félicitent du bon déroulement des travaux. L'achèvement de ce projet constitue pour VOCO une nouvelle étape importante. « Ce nouveau bâtiment de production nous apporte 9 000 mètres carrés supplémentaires de surface utile précieuse pour le développement positif et l'expansion de la marque VOCO dans le secteur dentaire mondial », déclare la direction de l'entreprise.

La société VOCO s'était lancée au début des années 80 à Cuxhaven dans le développement et la production de matériaux dentaires. Elle occupe maintenant plus de 400 personnes en Allemagne, dont 350 à Cuxhaven, et 390 commerciaux répartis à l'étranger. Le nouveau bâtiment de production représente désormais la quatrième extension après les divers travaux réalisés en 1997, 2005 et 2013.

 

Son coût se monte à quelque dix millions d'euros. Pour la direction de VOCO, une chose est sûre : « Il s'agit d'un investissement rentable qui ouvre la voie à une nouvelle évolution fructueuse de notre entreprise pour le futur et, bien sûr, aussi à la création de nouveaux emplois. »

 

 

Inauguration par les membres de la direction (de gauche à droite Olaf Sauerbier, Ines Plaumann-Sauerbier et Manfred Thomas Plaumann)