La surconsommation d'antibiotiques menace la Chine

En Chine, les antibiotiques peuvent être prescrits pour un simple rhume et sont aussi utilisés largement dans les élevages, avant de passer dans les rivières et la chaîne alimentaire. Le danger est grand pour la population, exposée à des bactéries devenues très résistantes.

Publié le 03/01/2017

La Chine consomme presque la moitié de la production mondiale d'antibiotiques. Elle en a ingéré 162.000 tonnes en 2013, presque également répartis entre les humains (48%) et les animaux (52%). Il faut dire que ces produits, que les Chinois utilisent parfois pour un simple rhume (ce qui n'est d'aucune utilité) sont disponibles sans ordonnance dans les petites cliniques. Quant aux éleveurs, ils les administrent de façon préventive pour faire baisser les taux de mortalité et accélérer la croissance de bêtes entassées dans des espaces insalubres.

 

Cette surconsommation fait peser un risque sanitaire majeur, en augmentant la résistance des bactéries aux antibiotiques. Si rien n'est fait, certaines maladies, comme la tuberculose, pourraient ne plus être soignées à l'avenir. Mais le danger est encore accru par la pollution aux antibiotiques. Ces produits, évacués par les urines et les matières fécales, continuent leur vie via les eaux usées, contaminant ainsi les rivières et les cultures. Le risque que cette concentration dans la nature, en étant ingérée par les humains, renforce encore la résistance des bactéries, est pris très au sérieux par les chercheur de l'Institut de géochimie de Guangzhou (Canton).

Crédits photo : Jianan Yu / Reuters

Retour à Quoi de Neuf, Docteur ?

Retour à l'accueil