Lire délivre(s)

 

Une rubrique animée par




Notre suggestion de Décembre 2021 - AO News # 47

Et plus encore le droit d’emmerder Satan…

Nous sommes au procès, historique et filmé, des accusés de l’attentat contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cascher de janvier 2015, où des hommes et des femmes sont morts pour la liberté d’expression ou simplement parce qu’ils étaient juifs. Lire la suite


Notre suggestion de Juillet 2021 - AO News # 43

Je n’ai plus le temps d’attendre de Jean-Louis Fournier • Éditions J.-C. Lattès

Ne jamais attendre pour le plaisir…

Jean-Louis Fournier est un écrivain-humoriste-réalisateur. Il a reçu le prix Femina en 2008 pour son livre Où on va, papa ? Il a été longtemps le complice de Pierre Desproges, notamment sur La Minute nécessaire de Monsieur Cyclopède. Il a souvent l’humour noir et désabusé d’un écorché vif, il faut dire comme il l’avouait très récemment dans une interview en matière d’emmerdes, j’en ai eu de somptueuses. En effet il a eu non pas un mais deux enfants handicapés… Son livre Où on va, papa et une pièce de théâtre témoignent de cette histoire. lire la suite


Nos suggestions de Juin 2021 - AO News # 42

L'Embaumeur - Isabelle Duquesnoy • Éditions de La Martinière

Embaumé d’un parfum de chef-d’oeuvre…

Depuis 5 ans, quand j’ai créé cette rubrique littéraire avec Belle du Seigneur, très peu de livres auraient mérité ce qualificatif, mais avec ce roman on s’en approche de très près. C’est pourquoi j’ai ajouté une quatrième molaire d’or*. Un ami libraire m’a conseillé cet ouvrage paru en 2017, étonnamment oublié des médias. découvrir la suite

La Pâqueline ou les mémoires d’une mère monstrueuse - Isabelle Duquesnoy • Éditions de La Martinière
Une mère à marée basse…
La Pâqueline, roman sorti en début d’année, fait suite à l’Embaumeur dont je vous ai dit tout le bien. Au tour donc de l’ignoble mère de Victor de nous conter son histoire. découvrir la suite

Diplomates et espions français, héros oubliés, Balkans 1940-1945
René Arav, en collaboration avec Jeanne Montagnon
Préface d’Alain Pierret • Éditions Les Impliqués
Expropriations, humiliations, privations, spoliations, travail forcé, tortures, fusillades massives, trains de la mort, sous-alimentation dans les camps de concentration, et dans les chambres à gaz des camps d’extermination, fours crématoires, tel fut le triste sort de 6 millions de Juifs d’Europe au cours de la Seconde guerre mondiale. Découvrir l'ouvrage

Implantologie, bases fondamentales, conséquences cliniques
Marc Bert • Éditions Parresia
Une initiative originale dans la transmission des savoirs Marc Bert, implantologiste français de la première heure, auteur ou co-auteur de 18 ouvrages et conférencier international qu’il n’est plus la peine de présenter, a mis à disposition son dernier ouvrage Implantologie, bases fondamentales, conséquences cliniques, gratuitement,  sur le Net, en accord avec son éditeur Parresia. lire la suite


Nos suggestions de Mars 2021 - AO News # 41

Les refuges - Jérôme LoubryÉditions Calmann Levy et Livre de poche
Quand tu montres la lune du doigt tu vois d’abord ton doigt…
Sandrine, une jeune journaliste, est convoquée par son notaire pour vider la maison de sa grand-mère qu’elle n’a pratiquement pas connue et récemment décédée. Une originale qui vivait seule sur une île minuscule, pas très loin de la côte au large de Villers sur mer. Lorsqu’elle débarque sur cette île grise et froide, Sandrine découvre une poignée d’habitants âgés organisés en quasi-autarcie. lire la suite

Arène - Négar DjavariÉditions Liana Levy
Sanglante…
Négar Djavari est un(e) auteur(e), (pour plier exceptionnellement devant la dictature de l’écriture inclusive), iranienne-française dont la famille a fui de véritables dictatures, en l’occurrence celle du Shah et celle des ayatollahs. Elle a publié avec succès en 2016 Désorientale et nous propose aujourd’hui un roman digne d’intérêt, à mi-chemin entre le polar et l’essai sociologique. lire la suite


Nos suggestions de Février 2021 - AO News # 40

Hervé le Tellier • Éditions Gallimard • Prix Goncourt 2020

La rencontre du deuxième type…

Une vieille blague juive dit que Dieu relit fréquemment la Torah pour tenter de comprendre ce qui se passe dans ce monde qu’il a créé. Je pense que depuis quelques mois il doit la relire en boucle. C’est un étonnant roman que nous propose H ervé le T ellier, qui nous brosse une galerie de portraits énigmatiques. lire la suite

David Foenkinos • Éditions Gallimard

Un auteur en quête de six personnages…

La vie est pleine d’absurdités qui peuvent avoir l’effronterie de ne pas paraître vraisemblables. Savez-vous pourquoi ? Parce que ces absurdités sont vraies. Pirandello. lire la suite


Notre suggestion de Décembre 2020 - AO News # 39

Une femme, rabbin, intellectuelle progressiste… L’exception juive
Cet essai de Delphine Horvilleur m’a remémoré inévitablement une lecture de ma jeunesse, la fameuse Réflexion sur la question juive de J.-P. Sartre, livre écrit peu après la guerre dont la lecture à l’époque m’avait laissé perplexe avec une certaine amertume. En effet J.-P. Sartre, grand idéologue de gauche, qui malgré tout pendant la guerre, avait fait rentrer Simone de Beauvoir au journal très collabo « Je suis partout », journal qui avait consacré le philosophe… écrivain de l’année !! Découvrir l'ouvrage


Nos suggestions de Novembre 2020 - AO News # 38

Le Prix - Cyril Gely • Éditions Albin Michel

La réalité dépasse la fission… La réalité, c’est le prix Nobel que va recevoir Otto Hahn en 46, seul, alors qu’il a travaillé pendant 30 ans avec Lise Meitner sur la Fission nucléaire. Stockholm, 10 décembre 1946. Otto Hahn, chimiste allemand, s’apprête à entrer dans l’histoire. Dans l’après-midi, il va recevoir le prix Nobel pour avoir découvert la fission nucléaire.  Cette découverte est le fruit d’une collaboration de 30 ans avec Lise Meitner, la physicienne qui, de son côté, ne sera pas associée à ce prix Nobel. C’est pourtant elle qui a proposé la première ce terme de fission nucléaire. découvrir

Dernier été - Franz-Olivier Giesbert • Éditions Gallimard

Le réchauffement climatique et le refroidissement des esprits… Nous sommes en 2030 et la Covid 30 sévit impitoyablement. (Peut-être dira-t-on le Covid en 2030 puisqu’au train ou galope la folie il n’y aura plus aucun genre !!). L’ action se déroule par un été de canicule, et commence à Marseille, au Cercle des Nageurs, avec la rencontre entre Diane, la jeune narratrice, et Antoine Bradsock, le héros d’un « Très Grand amour », un écrivain octogénaire, atteint d’un cancer en phase terminale, qui rêve de finir sa vie avec ce grand amour. découvrir


Notre suggestion d'Octobre 2020 - AO News # 37

 Si ça Woody… Je suis, autant l’avouer d’emblée, un inconditionnel des films de Woody Allen que j’ai pratiquement tous vus depuis ma jeunesse estudiantine. Son autobiographie sur son parcourt professionnel d’humoriste auteur de sketches, de metteur en scène, de comédien et de scénariste avait tout pour m’attirer. Naturellement il s’attarde longuement sur sa vie personnelle, ses mariages, ses conquêtes confirmant au passage que génie et humour font beaucoup mieux  qu’un physique avantageux... Lire la suite

 Portrait d’un salaud fascinant…
Maurice Swift jeune homme énigmatique à la beauté troublante, rêve de devenir écrivain. Il rencontre par hasard dans un hôtel berlinois le célèbre romancier Erich Ackerman, un homme âgé, rongé par la solitude et les désirs inassouvis qui finalement au bout de 35 ans de carrière fini par obtenir la reconnaissance avec un prix renommé. Ackerman est fasciné par Swift et lui confie son lourd passé pendant la dernière guerre... Lire la suite


Notre suggestion de Juillet 2020 - AO News # 34-35

Civilizations, Ed. Grasset Grand prix du roman de l’Académie française 2019

Retour vers le futur... Vers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud. 1492 : Colomb ne découvre pas l’Amérique. 1531 : les Incas envahissent l’Europe. Civilizations est le roman de cette hypothèse : Atahualpa, le chef Incas, débarque dans l’Europe de Charles Quint. Pour y trouver quoi ? L’inquisition espagnole, la Réforme de Luther, le capitalisme naissant, le prodige de l’imprimerie. Lire la suite


Notre suggestion d'Avril 2020 - AO News # 33

Deux hommes en colère…

 Deux hommes dans la prison provinciale de Montréal. Paul Hansen, fils d’un pasteur danois et d’une exploitante de cinéma à Toulouse, purge une peine de 2 ans. Il se retrouve en cellule avec Patrick Horton, un Hells Angel, condamné pour meurtre. Tout les oppose. Horton, colosse, « cet homme et demi » fruste et tatoué veut casser en deux tous ceux qui ne lui reviennent pas, mais tombe dans les pommes comme une fillette lorsqu’on lui coupe les cheveux. lire la suite


Nos suggestions de Décembre 2019 - AO News # 31

La double fonction du polar...

 Le polar est loin d’être un art mineur, quand bien même son seul objet serait de nous divertir qu’il en serait déjà fort louable mais quand au-delà d’une intrigue mystérieuse il développe une thèse ou nous fait découvrir ou redécouvrir des faits historiques dont certains pratiquement inconnus. Il acquière alors toutes ses lettres de noblesse en tant qu’objet culturel à part entière. Dans cette lignée je pourrais citer également l’excellent Régression de Fabrice Papillon qui vient de sortir et qui nous emmène dans une enquête criminelle au suspense incroyable avec des détours assez inattendus sur la vie de Jésus ou la lutte d’influence entre Cuvier et Lamarck (inspirateur de Darwin) sur la théorie de l’évolution au 19ème siècle. Je vous le recommande vivement. Découvrir nos suggestions du mois



Notre suggestion de Novembre 2019 - AO News # 30

Facettes en céramique, 20 recettes pour réussir Stephen Koubi • Éd. Quintessence,
septembre 2019 • Coffret, 683 pages • 249 € - Découvrir l'ouvrage


Notre suggestion d'octobre 2019 - AO News #29

A coup sûr le plus grand de tous les Schmock de l’histoire…

Avec les Schmocks on peut s’attendre à tout même au pire ! Cette expression Yiddish a tinté à mes oreilles tout au long de ma jeunesse, mais malheureusement avec la disparition des parents et grands-parents, elle s’est éteinte doucement. Surtout ce n’est plus mon juron spontané depuis fort longtemps et c’est d’autant plus dommage que les Schmocks en tout genre ont proliféré, depuis des années, avec une croissance exponentielle !  lire la suite


Notre suggestion de juillet 2019 - AO News #27

Olga de Bernard Schlink / Ed. Gallimard - Une vie à t’attendre ...

Bernard Schlink, vous le connaissez forcement, c’est l’auteur de l’inoubliable Le Liseur publié en 1999. Michael en rentrant du lycée rencontre Hanna une femme de 20 ans son aînée et dont il deviendra l’amant. Il la rejoint chez elle tous les jours pendant plusieurs mois et en préliminaire de leurs ébats amoureux, il lui fait des lectures à haute voix. Hanna mystérieuse et imprévisible disparaît du jour au lendemain... lire la suite


Notre suggestion de juin 2019 - AO News #26

A droite toute ...

Cela faisait un long fleuve inconstamment tranquille que je n’avais retrouvé Andreï Makine, 1995 pour être précis, avec son magnifique Le testament Français, deux fois Goncourt (général et lycéen) et Médicis. J’ai une certaine honte à l’avouer, je n’ai pas lu ses romans suivants, mais une vie de dentiste est parfois critique quand ma nouvelle vie de critique me met souvent sur les dents !! découvrir la suite


Nos suggestions d'Avril 2019 - AO News #25

Le sexe faible …….

Le sexe est faible mais omni présent, c’est même une des principales préoccupations de l’auteur ou de son double (?), le personnage central de ce roman. En effet tout comme Houellebecq, Florent-Claude est ingénieur agronome (lui aussi déteste son prénom !)... découvrir la suite...

Révolution….évolution ?

Ce livre publié il y a environ 2 ans était sur ma table de chevet avec beaucoup d’autres, mais une conférence magistrale de Luc Ferry, lors d’une soirée inaugurale des EG7, m’a convaincu de la nécessité de le lire attentivement pour en faire une critique pertinente malgré le retard par rapport à la publication, tant le sujet est important pour notre avenir et celui de nos enfants.  découvrir la suite...



Notre suggestion de Février 2019 - AO News #24

Les mots rebondissent Simon Berenholc - Ed Simon Berenholc

L’exploit du saut en auteur…. !!! Auteur de vue …….. !!!!!

Notre confrère, le professeur Simon Berenholc m’a fait l’amitié de m’adresser son dernier ouvrage dont je l’avoue d’emblée je me suis délecté. Apres une brillante carrière au cours de laquelle il a beaucoup publié doctement, il nous propose ici une toute autre prose. C’est un recueil d’aphorismes, de sentences, de poèmes et de maximes dans lequel l’auteur jongle avec les mots, ses pensées, ses opinions sur divers sujets et tel un Devos il devise sur tout et rien mais jamais comme tout terrien car bien faire l’humour demande du talent ! Vous devinez qu’il est impossible de résumer l’ouvrage, vous avez raison et pour vous convaincre de le réclamer à l’auteur je vous en offre quelques extraits :

De l’éducation : « l’éducation a un coût. La tête pour semer les graines du savoir, on la bourre, pour faire pousser la réflexion sur des terrains réceptifs, car le repos des jachères, c’est déjà cher ! Même un puit de science ne peut remplir des sots. On ne doit pas tomber den charriant les syllabes, dans l’incompréhension et la médiocrité »

De l’amour : «Ta chatte sous mon moi brulant. L’amour platonique, de loin, devient plat tonique de prés. L’amour avec Toi, émois. Aimer c’est du gâteau, quand l’amour s’en va croissant. Faire l’amour, pour être après scié. D’abord hêtre et rester saule, pleureur »

De la religion : « Curieux, en résumé, ADoNaï, un sacré nom de Dieu, toute l’information du Monde, et Acide Desoxy riboNucléique, toute l’information biologique. Pour certains, Dieu a fait le monde, car avant le monde Yahvé Dieu ! Incroyable ! »

De la politique : « La venue de mots qui se ruent, s’offrent un boulevard, et ne doivent pas tomber dans une impasse, pour que les voix rient. C’est le rêve de l’humoriste. Un peuple sans glotte, muet, émasculé par le politiquement correct, comme l’eunuque sans glands, sanglant, sanglote. »

C’est ainsi tout au long de 120 pages d’humour, de sourires, de réflexions sur la vie, sur l’envie de vie.

C’est un petit livre de chevet puisque chevet le relire de soir en soir pour savourer les bons mots qui évite bien des maux, cet ouvrage en est une démo.

L’auteur joue et contre joue avec les mots, les triture car l’écriture et l’écrit dure après un tri dur.

L’auteur étire la langue, manipule ses phrases comme une « mammy pull »tricote et détricote les mailles des mots et caresse son texte pour atteindre le plaisir !

Je partage avec Simon l’amour des mots car une langue à l’aise dans son palais, assurément ça n’est pas laid, parfois avec une contrepèterie en contrepartie, un oxymore qui occis la mort, car le jeu vaut plus que l’enjeu.


Notre suggestion de Novembre 2018

Philippe Sands est avocat international renommé spécialisé dans les droits de l’homme, il a participé aux négociations qui ont précédé la création du TPI (le tribunal pénal international) c’est dire la stature de l’auteur de cet ouvrage. Il décide de partir à la recherche de l’histoire de son grand-père Léon Buchholz qu’il a connu à Paris et qui vécut à Lemberg, une des grandes villes d’Ukraine occidental (la Galicie), Lemberg, qui devint successivement, Lviv ou Lwow, aux grés des occupations, polonaises, allemandes ou russes. Ses recherches le conduisent à croiser la route de deux juristes majeurs dans notre histoire du vingtième siècle et malheureusement peu connus du grand public, Raphael Lemkin et Hersch Lauterpacht. Ces deux juristes d’exception ont tout simplement créé les concepts juridiques de « crime contre l’humanité » pour Lauterpacht et de « génocide » pour Lemkin, qui seront pour la première fois au monde utilisés dans les chefs d’accusation contre les criminels de guerre nazis au procès de Nuremberg.

L’auteur a conçu son ouvrage comme une thèse d’historien avec une documentation et une bibliographie impressionnante qui ont nécessité six ans de travail, de voyages sur les lieux du récit, de rencontres avec des témoins, mais la lecture, loin d’être rébarbative, est passionnante, comme un roman, telle la recherche de ce grand-père dans la ville de Lwow et dont l’histoire est très mystérieuse, son épouse et sa fille restées toutes deux en Ukraine le rejoindront à Paris mais tout le reste de la famille sera exterminé.

Très étonnamment ces deux brillants esprits, Lemkin et Lauterpacht, bien qu’ayant vécu dans la même ville et plongé dans une réflexion sur le même sujet des droits de l’homme, (leurs familles respectives ont particulièrement souffert des persécutions nazies), se sont très peu rencontrés. Le concept de « crime contre l’humanité » défendu par Lauterpacht, s’attache à définir le crime contre l’individu, et de ce point de vue tend vers l’universalité. Le concept de « génocide », quant à lui, (le terme même a été inventé par Lemkin), vise à définir le crime contre un groupe.

Loin d’être anecdotiques les définitions subtiles de ces deux concepts ont donné lieu à des discussions interminables, à la virgule près, entre les grandes puissances victorieuses, en préambule du procès de Nuremberg. Pour Lauterpacht, qui siégea et fut également le conseiller du procureur général à Nuremberg, le terme de génocide était trop vague juridiquement et risquait de desservir la cause qu’il était censé défendre, dans la mesure où la responsabilité individuelle est noyée dans la notion de groupe.

On est d’ailleurs surpris de cette « rivalité » entre ces deux hommes dont le combat était parallèle, mais je vous laisserai découvrir, dans ce livre, les argumentations respectives. Le plus étonnant des témoins est sans nul doute Niklas Frank le fils de l’avocat et ami intime d’Hitler que celui-ci nommera gouverneur de la Pologne et à ce titre largement responsable de la solution finale. On découvre ainsi Niklas Frank accompagné de Philippe Sands, pénétrer dans la fameuse salle du tribunal de Nuremberg, pour s’asseoir à la même place que son père Hans avait occupé au procès. La scène est d’une force incroyable et le réquisitoire du fils à l’encontre de son nazi de père est implacable. « Il était avocat il savait donc ce qu’il faisait ». La sentence tombe comme un couperet. Niklas Frank a d’ailleurs écrit un livre « coup de poing » il y a quelques années. Le fait est suffisamment rare pour être relevé, en effet le nombre de fils ou de filles des criminels nazis qui ont reconnu la responsabilité de leurs parents est insignifiant, presque tous se retranchaient derrière l’obéissance aux ordres. Un autre témoin, fils de nazi, rencontré par l’auteur en est la preuve. Il y a encore quelques décennies, prévalait partout dans le monde l’entière souveraineté de l’État : libre d’emprisonner, de tuer, ou de discriminer ses ressortissants, sans avoir de compte à rendre. Le droit établi au cours du procès de Nuremberg, plus tard la création du TPI, ou plus proche de nous le fameux « droit d’ingérence », ont sensiblement modifié la situation. Malheureusement ce combat pour les droits de l’homme est toujours et peut-être plus que jamais d’actualité. Il suffit de faire la liste de quelques grands dirigeants actuels : Poutine, Erdogan, Kim Jong-un, Bachar El Assad (on peut même être tyran de père en fils !!) Xi Jinping et les mollahs de tous poils, pour se convaincre du long combat encore devant nous.

Ce livre est véritablement un monument, comme en son temps le film Shoah de Claude Lanzmann ou Si c’est un homme de Primo Levi. Bon nombre des passages de livre devraient figurer dans les manuels d’histoire si nos « hauts » fonctionnaires de l’éducation au ministère, faisait enfin preuve de courage et d’autorité…