Mobilisation générale des dentistes

et étudiants pour la dentisterie libérale

Le rassemblement du Vendredi 3 mars 2017 a rassemblé plusieurs milliers de dentistes, prothésistes, étudiants.. sur l'Esplanade Jacques Chaban Delmas, à Paris, mécontents de la réforme du gouvernement en matière de remboursements des soins dentaires. Ils dénoncent la nouvelle convention que Marisol Touraine souhaite leur imposer et s'inquiètent de l'avenir de leur profession. Les membres d'AO Paris étaient dans la foule...

Télécharger
Manif du 3 Mars en live.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 12.0 MB

Crédits photos : merci à Lætitia, Thierry, Léonard et Stéphane


AO Paris en première ligne de la manifestation du vendredi 27 janvier 2017 devant le siège de l'UNCAM


Le 22 septembre 2016 ont commencé les négociations conventionnelles entre les 3 syndicats représentatifs des chirurgiens-dentistes (FDSL, CNSD, UD) et l’UNCAM à travers plusieurs rencontres. Ces négociations ont pour but de définir une nouvelle convention régissant la pratique dentaire libérale en revalorisant les tarifs des soins conservateurs en échange du plafonnement des prix des prothèses. Si aucun accord n’est trouvé avant le 1 février, un arbitre sera désigné pour établir une nouvelle convention qu’il présentera le 1er mars et qui entrera en application dès le 1er janvier 2018.

 

Après chaque rencontre à la table des négociations, les propositions de revalorisation de l’UNCAM ont été jugées insuffisantes pour permettre une pratique dentaire de qualité.

Par exemple, le tarif actuel d’un composite 3 faces postérieur est de 40,97€ revalorisé à 66,93€ au bout de 4 ans (car la revalorisation des tarifs est progressive sur 4 ans).

Il est prévu en contrepartie de plafonner le prix de la prothèse, comme par exemple la couronne céramo-métallique à 510€, l’inlay-core à 190€, l’inlay-onlay à 270€, etc …

Sachant que la majeure partie du chiffre d’affaire permettant le fonctionnement du cabinet d’omnipratique est réalisée par la prothèse, les propositions de l’UNCAM semblent inacceptables. En effet, le rapport entre les tarifs plafonnés et la revalorisation des soins paraît ridicule et ne permet en aucun cas d’assurer des soins en accord avec les données acquises de la science.

Ces nombreux échecs lors des négociations ont fait prendre conscience aux étudiants en chirurgie dentaire que l’avenir de la profession pouvait être compromis, et qu’il serait nécessaire de faire du bruit pour se faire entendre.

Le 6 janvier 2017, les étudiants de la faculté de chirurgie dentaire de Paris Descartes ont déposé un préavis de grève et engagent le mouvement de protestation contre les propositions de l’UNCAM.

Le 10 janvier 2017, la grève hospitalière est votée à l’unanimité par plus de 300 étudiants présents lors d’une assemblée générale exceptionnelle organisée à la faculté de Montrouge, avec le soutien de la grande majorité des professeurs.

À partir du 11 janvier 2017, la mobilisation étudiante s’étend dans d’autres facultés de France, en commençant par Rennes, puis Nancy, Paris VII Garancière, Strasbourg, Nice, Toulouse, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Marseille, Nantes, Montpellier, Reims, Brest, Lyon, etc …

 

Le 14 janvier, le #DENTger fait son apparition sur les réseaux sociaux pour diffuser le mouvement.

 

Le 16 janvier 2017, l’assemblée générale exceptionnelle des enseignants de Paris Descartes vote la grève hospitalière du 25 au 27 janvier 2017. Le SNIO (syndicat des internes en Odontologie) vote la grève du 27 janvier et rejoint le mouvement.

Le 19 janvier, les syndicats claquent la porte des négociations face à l’UNCAM qui a tenu des propos odieux et indécents à l’égard de la délégation étudiante.

 

Plusieurs articles de presse font leur apparition aussi bien sur internet que dans les journaux tels que le Figaro dès le 14 janvier. De nombreuses actions ont été entreprises par les étudiants : des manifestations partout en France, dans la rue, devant le ministère de la santé le 16 janvier, et devant l’UNCAM le 19 janvier. Des étudiants armés de banderoles, qui s’inquiètent pour leur avenir, allant même jusqu’à lancer des œufs sur le siège de l’UNCAM. Une permanence téléphonique a également été organisée pour informer un maximum de praticiens libéraux.

 

Nous écrivons cet article d’une part pour vous informer, mais surtout pour vous mobiliser pour le grand rassemblement contre l’arbitrage immoral imposé par Marisol Touraine. Le 27 janvier de 8h à 14h, les étudiants, professeurs et praticiens libéraux se mobilisent devant le siège de l’UNCAM (50 Avenue du Professeur André Lemierre, 75020 Paris). Notre avenir dépend de cette mobilisation. Avec votre participation, nous avons une chance de montrer l’unité de notre profession, nous faire entendre pour empêcher un retour à l’âge de pierre, voire la mort de la dentisterie libérale moderne.

 

SIGNER LA PETITION 

"Marisol Touraine: Pour une dentisterie française de qualité et une liberté de choix pour nos patients"

 

 

Retour à l'accueil