Dépaysement et quiétude, découvrez un trullo dans les Pouilles

Une échappée belle avec notre blogueuse globe-trotteuse, Marie-Christine Laurent.

 

Une douce brise de convoitise souffle depuis Puglia, la région des trulli dans le sud de l'Italie. Convoitise? Oui, les petites habitations de pierres rustiques au toit conique chaulé, qui signent toute belle propriété des Pouilles, séduisent follement les amoureux du sud authentique et des pierres chargées d'histoire. Je viens de passer un délicieux long week-end, au Trullo Maria Elisabetta, une propriété récente édifiée autour d'un vieux trullo restauré dans les règles de l'art*. En cette fin d'après-midi, les oliviers dessinent des ombres ravissantes sur le mur immaculé. Comme les meubles de famille anciens, le banc bleu a traversé l'Europe pour y accueillir le contemplatif qui veut se mirer dans la piscine et peut-être s'y glisser encore une fois, avant de se laisser tenter par un Spritz. Car la douceur de vivre se conjugue avec celle de trinquer en bonne compagnie.

 

Le Trullo Maria Elisabetta est niché dans une oliveraie millénaire. La propriétaire, en méditerranéenne tenace a longtemps cherché son ancrage dans un lieu exceptionnel. Grèce, Italie, ailleurs autour de la Grande Bleue, peu lui importait au fond, pourvu qu'il y ait ces fameux oliviers.

 

Et ce fut la révélation. Puglia, la voilà arrivée à San Vito dei Normanni.

 

Dans ce salon d'extérieur, on se prélasse en réfléchissant un peu (ma non tropo, apprenez des mots essentiels d'italien pour mieux savourer le farniente) si on pique une tête dans la piscine maintenant ou un peu plus tard. On reprend un café glacé en lisant l'édition dominicale du Corriere della Serra qui a le bon goût de réaliser des éditions collector bourrées de photos d'art qui nous régalent tout en nous cultivant.

 


Un tour au marché d'Ostuni le samedi est un must, pour une razzia de succulents légumes gorgés de soleil, et un shopping formidable tout à fait unexpected comme on le promet à Parly 2. Mais de quoi je parle ? Oublions nos repères pour nous ouvrir aux découvertes. N'oubliez pas qu'il faut activer son centre cérébral de gratification pour être heureux (vous pouvez aussi courir le marathon pour faire grimper vos endorphines, je préfère musarder dans les échoppes). Si vous cultivez le goût de la fripe vintage ou de la maille chic, ou bien d'autres jolies surprises, filez y. Ensuite, vous ferez une halte dans une pêcherie locale pour y faire préparer le poisson qui vous plaît (ou vous offrir un burger de poulpe grillé, sur ce coup-là, comme pour le marathon, je passe mon chemin).

Ici les concombres sont ronds, les tomates ont du goût et les oignons roses sont si doux qu'on en pleurerait (de bonheur hein, on vient de dire qu'ils étaient doux). Au Trullo, vous aurez plaisir à jouer le pizzaïolo car la propriété dispose aussi d'une cuisine d'été équipée d'un four à pain. J'ai aimé m'y installer pour y écrire en paix (connexion wifi impeccable, car déconnecter, c'est encore mieux si on le veut, mais qu'on n'y est pas obligé).

 

Maria Elisabetta est une virtuose de la gastronomie, et pour elle, vacances signifie aussi plaisir de cuisiner si on en a envie.

Elle a de superbes connexions avec les bons artisans du voisinage, dont Domenico Pasciarello qui propose fromages d'exception.

 


J'ai eu la chance de résider dans le trullo qui ouvre sur les oliviers. Naturellement climatisé, avec ses pierres blondes qui montent jusqu'à la coupole, c'est un havre de paix. On y dort merveilleusement bien (les 3 chambres de la grande maison et celle du trullo sont d'ailleurs équipées d'une literie parfaite), et ce sont les cigales qui saluent votre réveil. Dehors, sur les cactus qui font office de barrière naturelle, des fleurs des figues de Barbarie. A l'automne, les fruits donneront un jus succulent et extrêmement rafraîchissant.

Pour respecter la tranquillité de chacun, ou multiplier les envies de se retrouver, le Trullo regorge d'endroits charmants, y compris un toit-terrasse qui offre une vue imprenable sur le domaine. J'adore prendre le 1er café dans la lamia, le grand séjour, en contemplant les agapanthes fraîchement plantées pendant que le café passe à son rythme dans la cafetière italienne.

On aime le sol de belles pierres toutes douces, sur lequel on peut marcher voluptueusement pieds nus. Inutile de se chausser même d'une tong pour aller à la piscine voisine d'ailleurs, les chemins qui mènent aux plages de la piscine sont très confortables. Tout autour, de confortables chaises longues, dotées de foutas orientales, bien plus plaisantes que les lourds draps de bain.

Parmi mes coups de coeur, les meubles lasurés, et le parti pris de bleu qui sied si bien au ciel des Pouilles en été. Julio, le paysagiste vient de planter lauriers roses et des plantes aromatiques qui vous s'épanouir dans le jardin avec ravissement. Savez-vous que les Pouilles, (Apuglia la pluie) est une région disposant d'impressionnantes nappes phréatiques ?


On ne dira jamais assez que l'olivier est symbole de paix. Regardez la photo en tête d'article, fermez les yeux. Vous êtes tellement bien déjà, alors imaginez-vous sur place. Vous avez envie de venir? C'est tout simple, 2h30 de vol depuis Paris, via l'aéroport de Brindisi, à quelques kms. La route vers San Vito est belle, bordée d'amandiers (une merveille quand ils sont en fleurs en février), et les propriétés voisines sont entourées de murets bas en pierre brute. Tout autour, les trulli ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait différents, chacun avec son caractère et son histoire passionnante.

Bon, maintenant j'éteins. Et puis non tient, encore un bain. C'est ça la dolce vita.

 

Amis d’AO news, le Trullo Maria Elisabetta vous réserve une surprise culinaire à votre arrivée.

Si vous voulez davantage d'images, allez vite sur la page facebook Trullo-maria-elisabetta. Je précise que vous pouvez louer la propriété idéale pour 8/9 personnes à la semaine, et même pour de longs week-ends.

Retour à l'accueil