Un médicament contre Alzheimer permettrait de réparer les caries

Des chercheurs ont découvert qu'un traitement utilisé contre la maladie d'Alzheimer avait la capacité d'activer la régénération naturelle des dents cariées.

Et si l'on pouvait un jour dire adieu aux plombages et autre ciment dentaire pour réparer les caries ?

C'est ce que suggère une étude récemment publiée dans la revue Scientific Reports par des scientifiques du King’s College London au Royaume-Uni. Ces derniers ont en effet découvert un moyen inattendu de réparer naturellement des dents endommagées. La méthode repose sur le Tideglusib, une molécule précédemment utilisée dans le cadre d'essais cliniques pour traiter des pathologies neurologiques comme la maladie d'Alzheimer. En menant de nouveaux tests, les chercheurs ont constaté que ce composé a la capacité de stimuler la régénération naturelle des dents et de ces différents constituants.

 

Protéger la dent des infections

 

Lorsqu'une dent subit un traumatisme, la pulpe située dans la partie interne peut se retrouver exposée, augmentant le risque d'infection. Pour protéger la dent, l'organisme se met à produire naturellement une fine couche de dentine qui va venir combler la cavité potentielle et mettre la pulpe à l'abri. Néanmoins, ce processus est insuffisant pour réparer efficacement en cas de grandes cavités. C'est pourquoi les dentistes ont généralement recours à des ciments ou des plombages pour traiter les dommages et protéger les dents. Une méthode efficace mais loin d'être idéale car le ciment demeure dans la dent et empêche sa reminéralisation complète et normale.

Sans oublier qu'il arrive que le ciment se détache, exposant de nouveau la dent aux infections. "La dent n'est pas juste morceau de minéral, elle possède sa propre physiologie. Vous remplacez un tissu vivant par un ciment inerte", a commenté pour The Guardian, le professeur Paul Sharpe qui a dirigé les recherches.

 

Une méthode plus naturelle et biologique

 

D'où l'intérêt de la nouvelle méthode plus biologique et naturelle identifiée par les chercheurs britanniques. Au cours d'un essai mené sur des souris, ils ont démontré qu'une éponge biodégradable au collagène recouverte du traitement et appliquée au niveau de la dent, permettait à cette dernière de se régénérer progressivement en quelques semaines. Le Tideglusib agit en stimulant l'activation des cellules souches au centre de la dent, les poussant à se différencier en odontoblastes (les cellules dentaires spécialisées) et favorisant la production de dentine qui va recouvrir les cavités. "Nous obtenons davantage de cellules, plus rapidement et celles-ci sont plus actives", a commenté le Pr Sharpe.

 

"La simplicité de notre approche la rend idéale comme produit dentaire clinique pour un traitement naturel des grandes cavités, en apportant à la fois une protection de la pulpe et une restauration de la dentine", permettant à la dent de retrouver "toute sa vitalité", a poursuivi le spécialiste.

 

Des essais à poursuivre

 

En plus d'être plus naturelle, cette méthode serait aussi plus accessible et moins coûteuse. Comme l'a souligné le Pr Sharpe, les éponges biodégradables sont déjà disponibles et approuvées cliniquement. Quant au Tideglusib, le fait qu'il ait fait l'objet de précédents essais cliniques pourrait accélérer le processus de mise au point du traitement.

 

Il reste maintenant à savoir si la méthode montrera autant d'efficacité à l'échelle humaine, pour laquelle les cavités peuvent être bien plus grandes. Afin de le déterminer, le Pr Sharpe et ses collègues ont déjà commencé à tester le traitement chez des rats, dont les dents sont quatre fois plus grandes que celles des souris.

 

Si les résultats sont prometteurs, la prochaine étape consistera à mener de premiers essais chez des patients. "Sur la planète, presque tout le monde souffre de caries dentaires à un moment. Cela représente un énorme volume de personnes à traiter", a souligné le Pr Sharpe. Et qui sait, cette méthode pourrait aussi faire oublier à certains leur peur du dentiste.

 

Retour à Quoi de neuf, Docteur ?Retour à l'accueil