Faites le plein de chèques !!

Rubrique Vous et votre argent

AONews #26 - Juin 2019


Incroyable des vacances financées par votre activité !!!

En tant que travailleur non salarié (TNS), avec ou sans salarié, exerçant en entreprise individuel (BNC) ou en société, vous pouvez bénéficier de Chèques Vacances exonérés socialement et fiscalement dans certaines limites

Les chèques vacances constituent un complément de rémunération intéressant. Au niveau fiscal, ils sont exonérés d’impôt sur les revenus dans la limite d’un SMIC mensuel, soit 1520 € en 2019 et tant que votre revenu fiscal reste positif. En aucun cas, cela doit générer un déficit fiscal.

Au niveau social, les chèques vacances bénéficient d'une exonération de cotisations sociales (sauf la CSG-CRDS) qui est plafonnée à 30 % du SMIC mensuel, soit 450 € en 2019.

Point de vigilance : vous avez au moins 1 salarié (même à mi-temps), vous êtes dans l’obligation de lui proposer des chèques vacances si vous décidez de vous en attribuer.

 

Rien que pour vous : Ménage, baby sitter, bricolage, soutien scolaire pour votre enfant, etc …

Encore pour vous en tant que travailleur non salarié (TNS), avec ou sans salarié, exerçant en entreprise individuel (BNC) ou en société, pouvez bénéficier de Chèques CESU exonérés socialement et fiscalement dans une seule limite.

1830 € de chèques CESU par an totalement exonérés de charges sociales et d’impôts !!! C’est le premier avantage du coté professionnel.

Et la possibilité, du coté personnel en tant que bénéficiaire, de profiter d’un crédit d’impôt de 50% (salaire + cotisations sociales) en réglant avec ces chèques CESU un salarié qui travaille à domicile. Les avantages sont donc nombreux avec les chèques CESU

Point de vigilance : au sein de votre structure professionnelle, vous avez au moins 1 salarié (même à mi-temps), vous êtes dans l’obligation de lui proposer des chèques CESU si vous décidez de vous en attribuer. Dans ce cas, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 25% du financement des chèques CESU de vos salariés... C’est le deuxième avantage du coté professionnel.

 

Chèques uniquement pour vos salariés

Vos salariés vous réclament une augmentation de salaire ? Les tickets restaurants sont un moyen d’améliorer son pouvoir d’achat. Une partie du ticket restaurant est prise en charge par l’employeur dans une certaine limite de montant et de taux sa participation. En fait, vous payez une partie de leur repas. C’est un complément de salaire totalement exonéré de charges sociales pour vos salariés et pour vous.

Vous souhaitez fidéliser vos salariés ? Alors pensez aux chèques cadeaux 169 € par évènement que vous pouvez attribuez pour : Noël du salarié, Noël des enfants de moins de 16 ans révolus, Fête des Mères, Fête des Pères, Rentrée scolaire, Naissance, Mariage, Départ en retraite, Sainte Catherine femme célibataire de 25 ans, Saint Nicolas homme célibataire de 30 ans.

C’est totalement exonéré de charges sociales pour vos salariés et pour vous. Vous diminuerez votre bénéfice à moindre cout, ce qui réduira vos propres cotisations sociales et votre imposition personnelle.

Encore pour vos salariés exclusivement …. Les chèques culture sont moins connus et sont limités aux univers de consommation suivants : places de spectacles : théâtres, théâtres de marionnettes, représentations lyriques ou chorégraphiques, concerts symphoniques, orchestres divers, music-halls, cirque ; places de cinéma ; billets d’accès aux musées, monuments historiques ; livres et bandes dessinées ; supports musicaux ou vidéo : CD audio, DVD, cassettes, vidéos, CD multimédia.

La seule limite ? Il n’y en a aucune ! Pour quel évènement ? Aucun ! C’est quand vous voulez et pour le montant que vous souhaitez !

Faites le plein de chèques … vacances, CESU, tickets restaurant, cadeaux et culture …vous n’y verrez que des avantages d’exonérations de charges sociales, de complément de rémunération exonéré d’impôts, et d’outils de fidélisation de salariés.

 

Retour au Mag

Retour à l'accueil

A LIRE EGALEMENT

 

Nov 2018 : SCPI, l'outil pour préparer sa retraite lire l'article

Du nouveau pour l’immobilier : le « Cosse » pour l’ancien lire l'article

Assurance-vie : la loi Sapin II, quoi de neuf pour la protection des épargnants ? Lire l'article