Rencontre avec Anne-Laure Ejeil et Frédéric Gaultier

Membres du Comité d'organisation du Congrès National de la SFCO 2018

AONews #16 Février 2018

AONews. Nous tenons d’abord à vous remercier pour le temps que vous avez consacré à répondre à nos questions !

Vous avez été choisi pour la faculté Paris Descartes pour organiser en collaboration avec la faculté Paris Diderot le prochain congrès de la Société Française de Chirurgie Orale qui aura lieu à Paris du 31 mai au 2 juin au Palais des Congrès.

Vos relations avec les responsables de Paris Diderot, les Professeurs Géraldine Lescaille et Yvon Roche, ont-elles été bénéfiques ?

 

A.L. Ejeil, F. Gaultier. La création d’un pôle santé de 27000 étudiants réunissant les universités Paris Diderot et Paris Descartes est un projet unique qui placerait à échéance la nouvelle faculté de chirurgie dentaire au rang de première université européenne tant sur le plan du nombre d’étudiants et de sites d’accueil hospitalier que du nombre et de la qualité de la production scientifique.

La chirurgie orale n’a pas attendu que nos instances de tutelle envisagent la création d’une « université de Paris » pour que Montrouge et Garancière travaille étroitement ensemble. L’internat de chirurgie orale et les projets scientifiques multiples en sont un parfait exemple. Nous avons de nombreuses collaborations créant des liens qui voient naître de solides amitiés. Le bureau de la Société Française de Chirurgie Orale nous a confié l’organisation du congrès national. Le comité d’organisation comprend les Prs Loredana Radoï, Géraldine Lescaille, Yvon Roche et nous-mêmes. Nous nous connaissons très bien et avons l’habitude de travailler en équipe ce qui facilite l’organisation d’un tel événement.

 

AON. Cette lourde charge a dû vous prendre beaucoup de temps ; cela a -t-il été facile à gérer vu que tous les deux, vous êtes des temps partiels ?

 

A.L. E., F. G. En fait, nous sommes temps partiels sur le papier. La création de l’internat en chirurgie orale a été une formidable impulsion pour faire connaître et développer cette spécialité. C’est une opportunité pour notre profession d’intégrer une dimension médicale qui profite à tous. Le temps est une notion relative quand la tâche est passionnante.

 

AON. Pourquoi avoir choisi le Palais des Congrès ? Et combien de participants attendez-vous ?

 

A.L. E., F. G. Le choix du Palais des Congrès nous permet d’accueillir nos congressistes dans des locaux connus de tous et de mettre à la disposition de nos partenaires des infrastructures permettant l’organisation des symposiums très appréciés de nos confrères. Par ailleurs, la SFCO a la volonté de pérenniser l’événement tous les deux ans à Paris pour accompagner le développement sans précédent de la chirurgie orale. D’après nos simulations nous pensons recevoir quelques 500 congressistes dans les meilleures conditions.

 

AON. Le thème choisi Révolutions Technologiques et Innovations en Chirurgie Orale est très large; d'ailleurs les conférences proposées donnent un aperçu des domaines très variés qui seront traités. La dermatologie buccale est bien représentée, mais on est loin de la chirurgie orale. Dites-nous tout !

 

A.L. E., F. G. Une salle est dédiée à l’implantologie et une autre à la médecine orale. Notez que le collège universitaire dont nous dépendons est celui de la médecine orale et chirurgie orale. La dermatologie buccale fait partie intégrante de cette spécialité ; elle est par ailleurs quasi exclusivement enseignée dans nos universités et au sein de nos services d’odontologie par les enseignants de chirurgie orale.

Le congrès s’articule également autour de deux thématiques :

- les innovations d’ores et déjà disponibles au cabinet (numérique, 3D, chirurgie planifiée/guidée, innovations thérapeutiques…),

- une vision prospective de notre profession (transhumanisme, Intelligence artificielle, robotique, thérapie cellulaire…) Cette révolution qui s’opère peut sembler éloignée de notre quotidien mais comprenez qu’à l’ère du numérique tout s’accélère. Seuls les praticiens, qui auront appréhendés le changement de société, auront les atouts pour devenir acteur du système.

 

AON. En fonction de leur spécialité professionnelle les participants pourront choisir entre les défauts osseux, l'imagerie moderne, la CFAO ou la recherche biologique…

 

A.L. E., F. G. Un congrès réussi est un congrès qui répond à tous les tropismes. Nous voulons que tous les praticiens puissent partager leur expérience clinique et découvrir les avancées technologiques qui seront dès demain dans leur cabinet. Nous avons également souhaité mettre à l’honneur l’implantologie en invitant les meilleurs experts du moment. La médecine orale n’est pas en reste, loin s’en faut !

Enfin, nous accueillons des conférenciers exceptionnels qui regardent l’horizon et dessinent l’odontologie de demain.

 

AON. Au vu du programme, beaucoup d’innovations pour ce congrès. Quels seront, d’après vous, les temps forts de ces rencontres ?

 

A.L. E., F. G. Les tables rondes confronteront l’avis des experts sur des thèmes variés dont celui de la reconstruction osseuse des maxillaires. Nous avons souhaité organisé des séances interactives et ludiques concernant la dermatologie buccale et la sémiologie radiographique. Deux parcours DPC ont également été fléchés pour les praticiens désireux de s’inscrire dans cette démarche. Enfin, des scientifiques exposeront leur recherche comme celle concernant la conférence de Franck Zal à propos du sang artificiel dont les applications pourraient rejoindre nos cabinets lors de chirurgie mucogingivale ou encore lors de la réalisation de « greffes osseuses ».

 

AON. Après la formation, il faut se relaxer. Quelles festivités seront organisées? J'ai entendu dire que les meilleurs conférenciers seront récompensés par des tours de manège !!

 

A.L. E., F. G. Le musée des arts forains à Bercy village est un lieu magique et onirique qui échappe aux agressions urbaines de Paris. Le temps y sera suspendu. De nombreuses surprises vous attendent !

 

anico.fr/congres-de-sfco-2018