Voyage en terre méconnue... l'OS

Dossier Scientifique AONews #17 - Avril 2018


Approches des interactions tissulaires complexes au cours des processus de réparation et de régénération osseuse en implantologie


 Le tissu osseux représente au sein du corps humain un complexe multicellulaire semi- rigide doté de propriétés élastiques. Ce complexe multicellulaire qui renferme les cellules-souches et le tissu hématopoïétique est en résonance constante avec ce monde interne qu’il protège et l’environnement externe dans lequel l’homme devra évoluer pour survivre. L’os apparaît comme une structure tissulaire que la nature a créée dans le but de pouvoir transmettre des contraintes en tension/compression, en cisaillement et en torsion sur de longues distances. De telles contraintes sont nécessaires dès que le squelette est soumis à la gravité ou que l’individu fournit une activité musculaire. Tous les tissus osseux des os de la tête et du corps sont associés et mobilisés par les muscles. Les os de toutes les composantes du tissu osseux vont donc subir en permanence des variations de tensions liées à l’exercice et à la gravité transformant ainsi tout os en un capteur de contrainte qui devra répondre et s’adapter en permanence au cours du temps à ces variations de tensions.
Lire l'article / bibliographie

Télécharger
Approches des interactions tissulaires complexes au cours des processus de réparation et de régénération osseuse en implantologie - AO#17
art Philips.pdf
Document Adobe Acrobat 5.8 MB


Gestion du volet osseux du sinus maxillaire

Introduction

Selon la littérature, plus de la moitié des implants posés pour remplacer des molaires maxillaires ont nécessité une augmentation osseuse pré-implantaire (1). La technique de l’élévation sinusienne par voie latérale (ESVL), utilisée lorsque le déficit osseux est important, a été publiée pour la première fois par Boyne et James en 1980 (2) même si Hilt Tatum a présenté des implantations du bas-fond sinusien reconstruit dès les années 70 (3). La voie d’abord de l’ESVL est la paroi externe du sinus maxillaire et la connaissance de son anatomie et de ses variations revêt une grande importance au moment où la sinistralité de l’ESVL en France vient de connaître une augmentation significative (4). Lire l'article / biographie

Télécharger
Gestion du volet osseux du sinus maxillaire - AO#17
art Russe.pdf
Document Adobe Acrobat 322.6 KB


Anatomie des maxillaires

Rappel embryologique

La tête et le cou se forment à partir des arcs branchiaux à la 4e, 5e semaine du développement embryonnaire. Les cellules des crêtes neurales migrent en direction ventrale vers les arcs branchiaux et en direction crâniale vers la face. À la fin de la 4e semaine, l’ébauche de la face se centre sur le stomodeum, bordé latéralement par le 1er arc branchial. À la 5e semaine, on remarque 5 bourrelets mésenchymateux : 2 bourgeons mandibulaires (1er ab) en arrière du stomodeum, 2 bourgeons maxillaires (portion dorsale du 1er ab), latéralement, 1 bourgeon frontal en avant. Chaque arc branchial dispose de son propre contingent musculaire, nerveux et artériel. Le 1er AB ou arc mandibulaire est constitué de 2 zones : une partie dorsale courte qui formera le maxillaire, une partie ventrale plus importante, le processus mandibulaire ou cartilage de meckel, destiné à disparaître. Le maxillaire se forme par ossification membraneuse. La mandibule se forme aussi par ossification membraneuse mais à partir du mésoblaste entourant le cartilage de meckel, ce qui lui confère une structure osseuse plus dense.

Lire l'article / biographie

Télécharger
Anatomie des maxillaires - AO#17
art Gorce.pdf
Document Adobe Acrobat 715.6 KB


La résorption osseuse post extractionnelle,                      une problématique actuelle

L’os alvéolaire se définit comme la partie du maxillaire et de la mandibule qui forme et supporte les alvéoles dentaires. Le procès alvéolaire se constitue en même temps que le développement et l’éruption dentaire. Il se résorbe graduellement après avulsion. Une bonne gestion des avulsions préimplantaires permet d’assurer et de garantir le résultat fonctionnel et esthétique des traitements implantaires. Lire l'article / biographie

 

Télécharger
La résorption osseuse post extractionnelle, une problématique actuelle - AO#17
art Poline.pdf
Document Adobe Acrobat 512.1 KB


Critères de succès des reconstructions osseuses en 3D

Pierre Keller

Introduction

Une restauration implantaire esthétique et fonctionnelle implique une bonne gestion des tissus durs et des tissus mous. Compte tenu de sa capacité de cicatrisation et de sa prédictibilité, l’os autogène reste le « gold standard » pour la reconstruction de grands défauts alvéolaires. Cependant, de nombreux facteurs influencent le succès des reconstructions. Cet article a pour but de définir des critères techniques qui permettent de fiabiliser les reconstructions osseuses autogènes en 3D. Lire l'article / biographie

Télécharger
Critères de succès des reconstructions osseuses en 3D - AO #17
art Keller.pdf
Document Adobe Acrobat 789.0 KB


Prix Jacques Breillat

de la meilleure thèse de second cycle